Un 22 avril mémorable

C’est aujourd’hui, le 22 avril. C’est aujourd’hui qu’à l’invitation de nos artistes doit être créé le plus grand arbre jamais vu, un arbre humain, c’est à l’écoute de l’appel de notre cœur que nous nous y rendrons. La Place des festivals n’aura jamais aussi bien porté son nom qu’en ce 22 avril qui se promet mémorable. Non mais, Frédérick Bach qui plante un arbre avec nous, faut le faire, bravo pour la symbolique et le geste concret à la fois! J’en suis émue.

À Montréal. Au Québec. À la face du Canada et du monde entier, nous nous tiendrons debout, déterminés à exprimer notre différence, fiers d’appartenir à la terre, respectueux de nos origines, confiants en l’avenir parce que confiants en notre capacité collective de changer son cours – d’maginer un avenir meilleur, qui fleurisse d’espoir. Lire la suite

Pourquoi je participerai à la manifestation nationale contre le dégel des frais de scolarité

Je n’ai pas beaucoup de temps aujourd’hui, mais j’estimais primordial de prendre quelques minutes pour vous dire pourquoi je participerai à la manifestation nationale contre le dégel des frais de scolarité, demain, le 22 mars, à Montréal. Je n’entrerai pas dans l’argumentaire (j’aurai aimé mais le temps presse, bébé oblige); je suis d’ailleurs davantage praticienne que théoricienne. Je m’en tiendrai donc à ce qu’il y a au plus profond de moi: mon espoir d’un Québec meilleur. Parce qu’à travers une éducation accessible, c’est pour cela que nos parents se sont battus et ont créé le système d’instruction gratuit et les universités publiques. Pourquoi certains retournent aujourd’hui leur chemise de bord? Lire la suite

La fin du monde est à 7 heures

Hier matin, la Une du journal Le Devoir m’a vraiment déprimée. Non mais quels gouvernements pourris nous avons! Le très Canadian Harper songe, à toutes fins pratiques, à abolir la Loi canadienne sur l’évaluation environnementale (LCEE), puisqu’il souhaite enlever l’obligation des promoteurs d’examiner la valeur comparative des alternatives moins polluantes à un projet donné. Dans un autre ordre d’idées tout aussi fédératif, le ministre de la Justice du Québec, Jean-Marc Fournier, se résigne à construire au Québec, avec l’argent des Québécois, les prisons exigées par l’adoption à Ottawa du projet de loi C-10; il avait promis de ne pas payer, il avait promis de s’opposer (mais avec quel rapport de force?), il promet maintenant de protéger les adolescents de ce projet de loi qui vise la punition plutôt que la réhabilitation — mais avec quel rapport de force?, pouvons-nous demander derechef. Le Plan Nord ne serait pas rentable et le gouvernement Charest fait aussi la sourde oreille dans le dossier des frais de scolarité. Franchement, c’est déprimant. À Québec comme à Ottawa, nos élus nous ignorent. Lire la suite