4 septembre 2012 : Un jour historique pour la reconnaissance de l’égalité entre les femmes et les hommes

En cette ère nouvelle qui s’amorce dans la politique québécoise, je me permets de vous partager la conclusion d’une analyse de la presse écrite des rapports de sexe en travail social effectuée en 2010. Aux yeux de l’immense mobilisation populaire du printemps Québécois, vous me permettrez de saluer cette grande dame, Mme Pauline Marois, première ministre du Québec.

(Extrait de l’Analyse du discours actuel de la presse écrite – Pauline Marois, décembre 2010)

Conclusion

L’analyse du discours actuel de la presse écrite a permis d’étayer la manière dont les médias de la presse contribuent à consolider les rapports de force entre les sexes, les classes sociales et les cultures. L’auteur a clairement démontré la force réactionnaire qu’ils représentent à l’encontre du progrès social, de l’égalité entre les femmes et les hommes et des mouvements sociaux qui luttent contre leur oppression. Si la mobilisation populaire ne doit pas s’articuler par l’entremise des médias de masse, il importe donc de comprendre comment articuler l’action collective afin d’éviter les pièges relayés dans cette analyse. À ce titre, l’auteur juge utile de rappeler la dialectique profonde de l’universel et du particulier dans le singulier :

D’une part, l’identité se différencie dans un processus de division interne pour actualiser toutes ses potentialités et ses configurations singulières; d’autre part, la différence cherche à se dépasser dans un universel plus riche et plus concret. (Jouthe, 1993, p. 11)

Lire la suite

À propos… d’un nouveau collaborateur, pis toutte!

Jean-Pierre Lord, 29 ans, lion.

Engagé dans plusieurs associations et organismes communautaires depuis près de 15 ans, je suis très attaché au développement social. Impliqué dans plusieurs causes, j’ai entamé ma vie militante pour la reconnaissance des conjoints de mêmes sexes à travers la sensibilisation des milieux scolaires et de la santé sur les effets de l’hétérosexisme et de l’homophobie.

Mon regard sur la marginalité m’a ensuite amené à travailler auprès des personnes psychiatrisées et des personnes à risque de problème de santé mentale, puis avec les jeunes de la rue, en marges ou marginalisés à Terrebonne. J’ai ensuite entrepris de mieux soutenir les organismes en insertion socioprofessionnelle. J’ai piloté de 2006 à 2009 le développement organisationnel des Carrefours jeunesse-emploi du Québec.

J’ai connu Véronique alors que nous étions tous deux sur le feu-Conseil permanent de la jeunesse (aboli par Jean «Néron» Charest en 2011). Cet organisme public de recherches sociales permettait aux jeunes de s’initier aux politiques publiques à travers un regard nouveau sur l’incidence des politiques sociales. Tous les deux passionnés par la chose publique, nous avons gardé un bon lien. Lire la suite

Réflexion sur le vote « stratégique » et la « proportionnalité mixte »

Véronique m’a abordé il y a quelques semaines afin de discuter et d’échanger avec vous sur la politique! Voici donc mon premier billet. Je me présenterai dans un autre billet… [que voici!]

Au plaisir de lire vos commentaires.

La monarchie vs la République

Depuis le début de cette campagne électorale, les militants de Option nationale (ON) et de Québec solidaire (QS) ne cessent de nous parler du vote proportionnel comme si un tel système enlèverait la question du vote stratégique. Ils oublient que le vote stratégique existe aussi en France… on n’a qu’à penser au slogan du Front de gauche français (l’équivalent de QS) : « Vote utile, vote FDG ».

Je me permets cette réflexion pour aller au-delà des postulats simplistes qui défigurent la riche histoire de notre quête nationale à une vulgaire «alternance» qui n’en est pas une. Lire la suite

Le ras-le-bol de casseroles

J’en parlais la semaine dernière: Line Beauchamp, Michelle Courchesne, même combat – celui de Jean Charest pour l’augmentation des frais de scolarité. La condescendance de l’approche globale, la spin horrible sur la démission de Line Beauchamp et la mauvaise foi dans le blitz de négos ont précédé le coup de gueule de la loi 78. C’est partie remise aujourd’hui, les négociations reprenaient à 14h. À suivre. En attendant, dans la catégorie «Espérons-pas-si-inutile mais nécessaire»: faites du bruit!

Samedi, c’était le baptême de mon fils. Après le barbecue dans le jardin, pour lequel nous avions loué un haut-parleur de manif, il nous a fait le plus grand bien de joué à fond la caisse le désormais classique et ô combien prophétique Libérez-nous des libéraux en tapant sur nos casseroles. Mes trois nièces de trois ans s’en donnaient à cœur joie, sous l’œil attendri et fier de leurs parents et oncle et tante. À Ahuntsic, ça marche tous les soirs avec des casseroles, un concert égayé par notre trompette, en direct du balcon, alors qu’on vient de coucher Fiston.

Parce que c’est peut-être-inutile-de-manifester-mais-espérons-que-non, et que c’est absolument nécessaire-de-participer-à-la-démocratie-et-pas-juste-dans-les-manifs, on se défoule sur nos casseroles chaque soir et sur Internet aussi souvent qu’on veut à casseroles78.com. En attendant les élections générales…

Les cols bleus, les cols blancs, toutes les écoles confondues
Faut se ruer dans la rue, au printemps comme une crue
Faire éclater notre ras-le-bol, une débâcle de casseroles
Trêve de paroles, faites du bruit!
Un charivari pour chavirer ce parti, comme en Argentine, en Bolivie
D’un pôle à l’autre, c’est un constat continental :
À bas le bulldozer libéral !

Libérez-nous des libéraux!, Loco Locass (paroles, vidéo)

*I can* believe it’s not butter. Et vous?

À la suite de la démission de Line Beauchamps comme ministre de l’Éducation et députée de Bourassa, trois questions se posent.

1. Mais qui donc démission avec un si grand sourire? Condescendance, arrogance, je n’en sais que trop rien, mais c’est franchement dérangeant.

2. Dans son point de presse, Line Beauchamp a sans conteste abusé du mot personnellement ne porte-t-il pas à croire que la décision n’est pas trop personnelle? Comme dans «trop, c’est comme pas assez», je n’y crois pas trop. La question se pose et génère la suivante.

3. Line Beauchamp, Michelle Courchesne, même combat: Jean Charest? Je veux dire, tout le monde le sait que le dégel des frais de scolarité est un combat personnel de Jean Charest, une mission qu’il s’est fixée. Après l’échec de plusieurs de ses projets chouchou, comme la réingénierie de l’État, il ne lâchera pas le morceau, d’autant plus que les étudiants, et les jeunes de manière générale, ne sont pas une clientèle «naturelle» du PLQ – ni même une clientèle qui l’intéresse. Même s’il est ministre responsable de la Jeunesse.

L’intention de spin de ce point de presse est tellement manifeste que ça me prendrait un temps fou à contrer chaque ligne avec les arguments et les faits contraires. Mais c’est possible, et si bébé n’était pas en train de se réveiller, j’aurais un vilain plaisir à réaliser cet exercice. Lire la suite

Un 22 avril mémorable

C’est aujourd’hui, le 22 avril. C’est aujourd’hui qu’à l’invitation de nos artistes doit être créé le plus grand arbre jamais vu, un arbre humain, c’est à l’écoute de l’appel de notre cœur que nous nous y rendrons. La Place des festivals n’aura jamais aussi bien porté son nom qu’en ce 22 avril qui se promet mémorable. Non mais, Frédérick Bach qui plante un arbre avec nous, faut le faire, bravo pour la symbolique et le geste concret à la fois! J’en suis émue.

À Montréal. Au Québec. À la face du Canada et du monde entier, nous nous tiendrons debout, déterminés à exprimer notre différence, fiers d’appartenir à la terre, respectueux de nos origines, confiants en l’avenir parce que confiants en notre capacité collective de changer son cours – d’maginer un avenir meilleur, qui fleurisse d’espoir. Lire la suite

Pourquoi je participerai à la manifestation nationale contre le dégel des frais de scolarité

Je n’ai pas beaucoup de temps aujourd’hui, mais j’estimais primordial de prendre quelques minutes pour vous dire pourquoi je participerai à la manifestation nationale contre le dégel des frais de scolarité, demain, le 22 mars, à Montréal. Je n’entrerai pas dans l’argumentaire (j’aurai aimé mais le temps presse, bébé oblige); je suis d’ailleurs davantage praticienne que théoricienne. Je m’en tiendrai donc à ce qu’il y a au plus profond de moi: mon espoir d’un Québec meilleur. Parce qu’à travers une éducation accessible, c’est pour cela que nos parents se sont battus et ont créé le système d’instruction gratuit et les universités publiques. Pourquoi certains retournent aujourd’hui leur chemise de bord? Lire la suite