Des livres, des crayons, des citations

Lire. Comprendre la suite de lettres qui forment des mots agencés pour former des phrases organisées en paragraphe pour transmettre des idées maîtresses qui communiquent un message global.

Le mot est le bateau dans lequel l’idée navigue.

– Anne Barratin, De Vous à Moi (1892)

Lire, mais aussi écrire. L’un ne va pas sans l’autre! À travers l’histoire, lire et écrire revêtent plusieurs fonctions. D’abord une source de domination politique, puis privilège des élites économiques, apprendre à lire et à écrire est devenu un droit. Bien!

Mais un droit s’accompagne toujours de responsabilités. Quelles sont donc les responsabilités de l’individu, inhérentes au droit de lire et écrire? Respecter la langue, utiliser son jugement et faire preuve de nuances.

Peu nombreuses, ces règles n’en sont pas moins fondamentales et méritent d’être rappelées. Par extension, elles s’appliquent aussi à l’art oratoire, lui aussi trop souvent pris pour acquis et martyrisé. Le « droit de parole » n’est pas de crier n’importe quoi n’importe comment n’importe où, mais de contribuer à la société d’une quelconque manière par l’apport de son propos. (Là, c’est un tout autre sujet, et je suis convaincue que j’y reviendrai plus tôt que tard…)

Bref, cela peu sembler folklorique, mais ces deux règles s’apparentent au savoir-vivre de base, non?😛

Avec la pratique, le lecteur et l’auteur (aussi amateurs soient-ils) jouissent d’avantages et de plaisirs grandissants de l’exercice de leurs droits: la maîtrise de la langue, la gymnastique des allitérations et des consonances, les rebonds des verbes, la compréhension de la profondeur du sens, la structure des idées qui forge les arguments. Parfois, il suffit de lire quelques mots pour vivre toute l’intensité d’un message construit avec rigueur et énergie. C’est la citation.

Une belle citation est un diamant au doigt de l’homme d’esprit et un caillou dans la main d’un sot.

Joseph Roux, Pensées (1866)

Parce qu’il y a toujours deux côtés à une médaille, voilà qui m’inspire et qui explique l’esprit dans lequel sont choisies les citations que vous trouverez ici.

Ces citations seront souvent accompagnées de réflexions et bien entendu de leur source. Ainsi, certaines sont trouvées au hasard des visites sur l’Internet ou grâce à mon abonnement aux envois quotidiens de DicoCitations (comme celle en exergue ici). La plupart, cependant, seront le fruit de mes lectures personnelles, effectuées dans des livres annotés, soulignés, griffonnés, barbouillés, raturés avec un crayon à mine de plomb. Ces rides, infligées par le lecteur devenu auteur amateur, trahissent son émotion et lui permettent de vivre à fond chaque mot, chaque phrase, chaque paragraphe, chaque chapitre. Chaque oeuvre, si singulière par essence.

Les bibliothèques ne servent qu’à cela: offrir des occasions de méditer, penser, réfléchir sa vie, son existence.

Michel Onfray, Contre-histoire de la philosophie II, Le Christianisme hédoniste (2006)

2 réflexions sur “Des livres, des crayons, des citations

  1. J’approuve l’affection pour la citation, j’en abuse très volontiers moi-même. Les meilleures, je crois, sont celles qui vous donnent le goût d’aller lire  » l’avant  » et l' »après ». Je me permets de citer ici ma préférée:

    « All animals are equal but some animals are more equal than others »

    George Orwell, Animal Farm

    à lire, pour moi un livre beaucoup plus puissant encore que 1984

    Au plaisir de continuer à te lire

Vos commentaires

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s