Sans maquillage. True colors. Et sans clickbait.

À l’occasion de la remise du prix Femmes de mérite 2015 de la Fondation du Y des Femmes de Montréal, où j’accompagnais ma patronne Anne-Marie Chagnon, récipiendaire dans la catégorie Entrepreneuriat, j’ai rencontré les deux jeunes femmes à l’origine de #mardisansmaquillage. En me procurant deux de leurs macarons à message inspirant, « Sois confiante » et « Les maîtres d’école sont les jardiniers de l’intelligence humaine », je me suis fait la réflexion que pour moi ce n’est pas mardi sans maquillage, mais plutôt ma vie sans maquillage! En effet, je n’en porte plus au quotidien depuis plusieurs années et maintenant en de très rares occasions. Je crois même que je n’en portais pas ce soir-là.

L’idée de changer le nom du blogue à Ma vie sans maquillage a germé de cette belle rencontre et de ma réaction à chaud. Je passe ma vie sans maquillage. Je la vis de la sorte en fait. Ne serait-ce pas là bien meilleur angle pour écrire et relater ma vie? Voilà bien de quoi il s’agit. Dans l’état où je suis, il y a encore des jours où je n’arrive pas à prendre une douche. Imaginez écrire ou procéder à une refonte complète du blogue! Je prends maintenant le temps de rédiger ces quelques lignes. C’est un début. Alors allons-y comme ça. Allons-y doucement.

J’ai un mari extraordinaire et les deux plus beaux garçons du monde. Chéri (tendre moitié depuis près de 12 ans), le Renard (6 ans et demi) et le Tigre (2 ans et demi) comblent bibi, disons Maman Ourse, de bonheur. Sauf que… la vie, la vie. Et sans maquillage. 😉

Dans ma vie en ce moment il y a une dépression majeure déclenchée par un épisode avancé d’épuisement professionnel. Il y a la première année du Renard à l’école et la promotion de Chéri; il y a un BébéTigre allergique et souffrant très souvent de maux insignifiants; il y a donc des psychologues, des allergologues et une fantastique médecin de famille. Aujourd’hui, ma vie est sans produits laitiers, sans œufs, sans moutarde et sans arachides. Pourtant, ma vie est souvent soupe au lait ou boudin noir, parfois elle est gâteau au chocolat ou tomates écrapoues.

Ma vie se passe beaucoup dans ma cuisine. Dans ma cuisine, il y a des gens! Des gens aimants que j’aime à la folie. Je suis bénie d’être entourée de personnes exceptionnelles — de la garderie à l’école, du milieu professionnel aux amis, avec une mention spéciale à nos familles. Les gens impliqués dans les associations, services publics et communautaires, commerces locaux, m’apparaissent aussi comme des êtres authentiques et vrais, généreux et engagés. Du bon monde! Ah, les gens… 

Dans ma vie, il y a des couleurs. Du rouge pompier au vert camion poubelle en passant par le jaune soleil, le mauve ecchymose, le brun caca, le bleu ciel et l’arc-en-ciel des émotions. Tout n’est pas beau, mais tout n’est pas laid. Rien n’est blanc ou noir. Tout est gris sale, teinte d’amour. Poivre et sel, comme mes cheveux sans teinture de fin trentaine.

Dans ma vie, il n’y a pas de drames. Je touche du bois et j’en remercie la Providence chaque jour. Il y a de grandes crises, des furies de minis, des chicanes d’adultes, des remises en question, des froids avec des potes et des vides à combler, il y a des doutes et des redoutes. Il y a aussi et surtout la confiance, le respect, beaucoup d’amour, l’ouverture, l’empathie, l’entraide, la générosité, l’effort et la volonté de grandir comme personnes.

Dans ma vie, arrivée à bout de souffle, j’ai choisi la pleine conscience (1). En pas de bébés, mais au quotidien. Méditer, prendre le temps d’arrêter, prendre le temps de respirer. Marcher. Rêver. Attendre. Être, maintenant et dans l’instant. Vivre des émotions fortes et apprendre à les gérer. Apprécier les vraies couleurs du monde qui m’entoure, c’est découvrir une nouvelle manière de percevoir l’univers et y trouver ma place.

Accepter. Sans résistance. M’accepter. Sans maquillage.

À l’heure d’Instagram et de Snapchat, j’ai pensé y aller avec un « Sans filtre » genre #nofilter pour la tendance et le clickbait. Il est vrai que je manque parfois de filtre quand je m’exprime! Et je vis définitivement ma vie de la sorte aussi. Le concept du maquillage me parle toutefois davantage, intuitivement, instinctivement, jusqu’à son ancrage ancestral millénaire. Le maquillage est expression de force, peinture de guerre, costume de fête, représentation d’une identité nationale, outil de transformation personnelle, art à part entière, source de plaisir, mais, malheureusement aussi, symbole de conformité sociale et masque des dominants. Sous le maquillage, plus fortement encore que sans filtres, nous sommes tous les mêmes. Des humains. The colors of our emotions are our true colors (2)(3).

 

Sans maquillage, en acceptant de relever nos masques et en supprimant les filtres pour se regarder, se projeter et se voir tels que nous sommes, sans jugement, alors tomberont les tabous. Nous pourrons nous retrouver, de manières individuelle et collective, pour nous rassembler, notre nous en petits morceaux d’êtres éclatés et notre Nous comme peuple et société en désolidarisation presque achevée. Le maquillage pourra enfin retrouver son sens.

Toutte est dans toutte hein. Pis toutte.

 

===

 

(1) Voici trois lectures complémentaires sur la Pleine conscience, parce que ça peut avoir l’air pas mal plus ésotérique que ça l’est vraiment: sur le site de l’Université Laval puis sur le site de Passeport Santé un dossier et une fiche technique.
(Je vous entend juger, je suis aussi passée par là, mais lisez puis expérimentez si vous vous rendez au-delà de ce préjugé! #pasgame).

(2) True Colors est aussi un test de personnalité que vous connaissez sans doute: vous obtenez une couleur qui correspond à votre type de personnalité et à votre tempérament. Un institut international crédible en a fait un outil de travail, mais vous pouvez aussi faire le test vous-même pour le plaisir,ici en français (Université Moncton) ou ici en anglais, et vous amusez avec cette interprétation.

(3) Selon vôtre âge, voici les deux reprises les plus populaires de la chanson originale True Colors chantée par Cindy Lauper en 1986 et dont l’histoire est fascinante: Phil Collins (2002) et dans le film Trolls (2016). Il y a des dizaines d’autres versions puisque ce classique continuera de traverser les époques.

📷 Photo d’article par rawpixel sur Unsplash

Une réflexion sur “Sans maquillage. True colors. Et sans clickbait.

  1. Salut Vero,

    Petit message seulement pour te dire que j’adore te lire!
    Courage, j’espère que tu te remets tranquillement!

    Prends soin de toi,

    Sabrina

    Envoyé de mon iPhone

Vos commentaires

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s