Avez-vous choisi un prénom?

Après « c’est une garçon ou une fille? », voilà indubitablement la deuxième question qu’on vous posera mesdames, à la vue de la rondeur de votre ventre, et messieurs, à l’annonce de la nouvelle de votre paternité. Même si votre interlocuteur pose ces questions davantage par réflexe que par intérêt sincère, préparez-vous à voir et revoir la déception dans leurs yeux pendant de longs mois si vous ne souhaitez pas répondre à l’une ou l’autre… Si vous entrez dans cette ronde, préparez-vous des réponses amusantes car vous les répéterez des centaines de fois. Dans tous les cas, il vous faudra un jour ou l’autre prendre cette décision qui marquera toute sa vie durant le petit être qui s’apprête à naître. Ce n’est pas une mince affaire!

Un prénom porte une signification, dégage une émotion, présente une personnalité, donne une première impression. « Est-ce vraiment le bon nom? » est la question qui suit indubitablement l’affirmative à la question « Est-ce le bon? », celui avec qui je ferai des bébés?😛 Comment choisir (le prénom, pas le papa!) ?

D’abord, je pense que le prénom doit ressembler aux parents, dans son style, son et ton. Chaque démarche est évidemment très personnelle. Celle de Chéri et moi diffère de celle adoptée par plusieurs de nos amis. Dans cette quête d’un prénom qui nous corresponde, Chéri et moi avons fait des recherches intéressantes ayant mené à de curieuses découvertes et à des ressources pertinentes. Notre choix s’est finalement arrêté sur une option que nous n’avions pas du tout envisagée au départ!

Si vous êtes enceinte (ce qui s’applique autant à maman qu’à papa, « vous » étant le couple ou l’individu), je pense que ça vaut la peine de jouer le jeu de la chasse au prénom car vous y gagnerez un précieux trésor, à votre image.

*     *     *     *     *

Avant-gardistes et anticonformistes dans plusieurs aspects de nos vies individuelles et de couple, Chéri et moi n’en sommes pas moins traditionalistes dans d’autres. Ainsi, nous avons voulu faire les choses un peu « à l’ancienne » côté couple: nous fiancer, nous marier, nous installer dans une grande maison pour plusieurs années, faire des bébés. Par conséquent, nous avons eu beaucoup de ces « discussions importantes » il y a belle lurette, quand le projet de vie a été ébauché. Avant même que je ne tombe enceinte, nous avions déjà discuté des noms de nos futurs enfants, fille et garçon. D’emblée, nous étions d’accord sur un nom de famille pas composé, celui de papa, pour la généalogie, en incluant celui de maman dans les prénoms, pour la postérité. Ensuite, deux critères guidaient nos discussions sur le choix des prénoms: nous ne voulions pas non plus un prénom composé et nous souhaitions un « vieux » prénom, classique, intemporel, possiblement avec un accent pour marquer son caractère francophone.

Ce que je veux dire, c’est que je pense que dans toutes les relations et afin de contribuer au succès de tout projet d’envergure,  dont le « Projet Bébé », il est préférable que ces « discussions importantes », sans nécessairement prendre de décisions, constituent une des premières étapes afin d’éviter des frustrations houleuses qui noieraient la bonne entente entre les partenaires et qui mineraient le succès de l’entreprise. Une fois le bébé créé, l’émotion peut faire augmenter la tension si un parent tient mordicus à un nom de famille composé alors que l’autre s’y oppose avec autant d’énergie, par exemple…

Bref, il y a quelques années, Chéri et moi nous étions déjà entendus sur un prénom de chaque sexe. Malgré tout, j’ai eu envie d’explorer un peu, de fouiller l’origine et la signification des prénoms, par intérêt personnel et par curiosité surtout, pour le plaisir. En fouinant à la librairie pour me procurer des livres sur la grossesse et la maternité, j’ai feuilleté et sélectionné quelques titres sur les prénoms. Lecture légère, intéressante et parfois marrante, chéri et moi lisions ensemble tous ces bouquins, le soir, avant de dormir.

Il a accepté de jouer le jeu avec moi. Nous avons fait une seule liste de tous les prénoms qui nous tentaient, sans réfléchir, comme un remue-méninge. Pour voir. De temps à autre, nous la lisions à voix haute afin de se mettre les prénoms en bouche et de discuter de nos préférences. Juste pour voir.

Nous nous sommes pris au jeu puisque un moment est venu où nous avons convenu que les prénoms choisis avant le début de la grossesse ne nous convenaient plus. Nous avons continué l’exercice avec un tout nouvel objectif : trouver LE prénom que nous allions prononcer avec fierté des dizaines de fois par jour, pour le reste de nos jours.

Nous avons attendu de connaître le sexe du bébé avant de dresser ensemble notre courte liste de prénoms préférés. La liste d’une douzaine d’entrées était affichée sur la porte du réfrigérateur, à côté d’une photographie de la plus récente échographie – celle où Fiston nous salue nonchalamment d’un thumbs up flagrant. À dire et répéter les prénoms, nous en avons éliminé certains rapidement, puis d’autres, pour qu’il ne reste qu’un top 5. Nous nous sommes exercés à parler à mon ventre avec chacun d’entre eux; nous avons répété et répété le nom complet que cela formerait pour nous y habituer ou nous en lasser.

Je ne me souviens plus si Chéri ou moi a prononcé en premier le prénom de Fiston, celui que nous avons choisi, mais c’est tout naturellement que nous avons commencé à parler à notre fils en l’appelant Bernard. Bernard Vincent. Voilà qui est adorable mais qui vieillit bien, sérieux mais pas sévère, jovial et même un peu haïssable, ne trouvez-vous pas? M’enfin, si vous lui voyiez le bout du nez à ce mignon petit garçon, vous acquiesceriez.

L’heure de gloire de ce prénom a sonné dans les années 50 et 60, on aime; de 2005 à 2010, il y a eu en moyenne deux nouveaux petits Québécois par an nommés Bernard, on aime aussi. Bernard serait altruiste, bon vivant, attentionné, perspicace, intuitif, sensible, déterminé, impatient, un peu coléreux, tendre, direct, franc, honnête (un amalgame des traits de caractères deux parents, quoi!), ça nous va.

Rassurez-vous, je ne suis pas adepte du déterminisme; je ne crois pas que le prénom trace la voie d’une vie ni que les caractéristiques décrites soient intrinsèquement associées à l’individu qui le porte. Je suis plutôt constructiviste; je crois que l’inconscient collectif et individuel associe des qualités aux prénoms et que cette empreinte perceptive influence le développement de l’individu. De la sorte, je trouve intéressant, sans plus, s’informer des conditions. Pour le plaisir et pour mieux comprendre le regard jeté par les autres sur soi et sa progéniture. Sans plus. (Oui, oui, j’ai lu les infos à propos de mon prénom et celui de Chéri aussi!)

Alors, vous voulez mes sources? Les voici.

Des listes de prénoms

La source officielle au Québec est la banque de prénoms de la Régie des rentes du Québec. J’ignore toujours pourquoi la RRQ s’occupe de ça, mais bon. Vous y trouverez tous les prénoms enregistrés pour les cinq années précédant l’année courante avec option de tri par ordre alphabétique et par popularité.

Vous voulez savoir comment NE PAS nommer votre enfant? Consultez « Le palmarès 2011 des prénoms » québécois les plus horribles sur le blogue des (Z)imparfaites ainsi que la recension 2011 des pires prénoms français effectuée par des infirmières en quête de divertissement.

Fiches signalétiques des prénoms

Les cousins Français ont développé plusieurs sites Internet où on peut choisir des critères de recherche des prénoms: lettres, longueur, origine, etc. Vous manquez d’inspiration? Amusez-vous ici, , là-bas ou encore par là.

Le Petit Larousse des prénoms est mon préféré. « Ce recueil de plus de 10 000 prénoms ressemble à un dictionnaire : il est précis, facile à utiliser et informatif à souhait. »

Le Guide des plus beaux prénoms rétro est vraiment mignon! En plus d’être une expérience anthropologique, vous y trouverez des prénoms que vous ne voulez pas donner à votre enfant, vous exercerez votre diction avec des vire-langues impressionnants. Blagues à part, les « vieux noms » reviennent au goût du jour; découvrez-en 500.

8 réflexions sur “Avez-vous choisi un prénom?

  1. Avec un bébé en construction, c’est un sujet que moi et ma conjointe avons longuement réfléchi. Comme nous ne savons pas encore le sexe, bébé ayant les jambes croisées lord du premier échographie Pour une fillette, nous avons choisi un nom qui nous plaisait à tous les deux, quelque chose qui fais fillette sans faire fi-fille, un prénom classique et, selon moi intemporel. Nous avons choisi le prénom Florence. Nous aimons le son du nom.

    Si bébé est un garçon, j’ai beaucoup poussé pour que MON premier choix devienne NOTRE premier choix. Tout ça a d’abord commencé par une blague. Mon nom de famille étant Royer, celui de ma copine étant Leblanc, mon côté geek souhaitait un prénom débutant par un U, de cette manière, en donnant les deux noms de famille, ses initiales seraient URL. Les (beaux) prénoms masculin débutant par U étant plutôt rare, mon choix s’est porté sur Ulysse.

    Lorsqu’on me demande comment je veux prénommer mon enfant si c’est un garçon et que je réponds Ulysse, je reçois toutes les réactions possibles sauf celle qui dit « oh wow, c’est dont ben cute! ». Mais c’est mon (notre) enfant et c’est moi qui sortirai ma tête par la fenêtre pour crier « Ulysse!!!!! Vient souper!!!! » alors j’assume totalement mon choix!

    • L’important est de s’assumer! Merci du commentaire et toutes mes félicitations pour le bébé en construction.
      URL, j’adore le clin d’oeil geek et j’adore le prénom, c’est vraiment mignon!

  2. Avec un prénom comme le mien, je dois avouer avoir souffert un peu. D’abord parce que c’est, semble-t-il, complexe à prononcer (je me fais souvent appeler ÉléonARD) et aussi parce que c’est long (quand je dois dire mon nom de famille en plus, je trouve cela presque gênant), ce qui fait en sorte qu’on m’appelle très rarement par mon prénom. Par contre, j’ai apprécié être la seule dans mon entourage à le porter et cela m’a semblé être une bonne chose. C’est donc par rapport à mon expérience que j’ai choisi les prénoms de mes enfants.
    Si j’avais eu un garçon, mon choix se serait arrêté sur Éloi. Ce prénom n’est pas trop courant (mais pas au point d’être constamment déformé comme le mien), court et intemporel. Mon chum était d’accord, la discussion aurait duré deux minutes. Lorsque l’écho nous a révélé que nous attendions une fille, les choses se sont complexifiées! Philippe-André et moi avions les mêmes critères, mais le résultat de nos réflexions ne pointait pas du tout dans la même direction (la preuve étant qu’il m’a déjà proposé «Lorraine», ce qu’il nie formellement encore aujourd’hui). Bref, après avoir longuement réfléchi et consulté livres et sites Internet, je me suis rappelé cette petite fille qui était dans ma classe au primaire: Milan. Même si ce prénom est habituellement attribué à des garçons, je l’ai toujours trouvé très féminin. Bien entendu, mon chum n’était pas particulièrement enchanté lorsque je lui ai annoncé que j’avais choisi le prénom -mon couple est moins démocratique que le tien😉 Toutefois, il s’y est vite habitué et il le trouvait, en fin de compte, très joli. Notre fille aura trois ans en juin et je n’ai jamais regretté ce choix, contrairement à ce que certaines personnes de mon entourage m’avaient prédit. Le seul bémol, c’est que les gens entendent «Mila» plutôt que «Milan» il faut donc souvent rectifier et ajouter «comme la ville». C’est donc Milan «comme la ville» Tessier.

    • « Mon couple est moins démocratique que le tien », tu m’as bien fait rire! Pas tant que ça, puisque Chéri fait preuve d’une grande abnégation: bien que nous nous soyons entendus sur le choix du prénom, tu me rappelles par ton commentaire qu’il m’avait dit que j’avais le dernier mot, au final. Et oui, puisque Bébé porte son patronyme, il m’avait dit que c’est moi qui décidait du prénom si nous nous ne entendions pas.

      Merci de ton témoignage!

  3. Pour notre part, nous avons également été dans l’originalité, ou plutôt dans le vieillot certains diraient. Nos critères étaient simples: un nom francophone, mais pas à la saveur de l’année RRQ, c’est à dire porté par des milliers d’enfants. Comme Éléonore (prénom que je trouve magnifique soit dit en passant), Martin et moi avions un intérêt pour les vieux noms. Nous connaissions un petit Georges, une petite Mara et un petit Hubert, un petit Adrien, une petite Marguerite et un petit Henri. Un futur bébé Hector est même en route. Tous portent leur prénoms à merveille. Nous avons pourtant eu de la difficulté à trouver, car j’aimais beaucoup les noms composés et puisque nous ne voulions pas aller dans les prénoms pas encore assez vieux – genre Serge- !

    Après 36 semaines de grossesse, on me prédisait un bébé de 10 livres. On a commencé à l’appelé notre petit Balou…Quelques jours plus tard, en lisant le livre des prénoms, je suis tombée sur Arthur, dont l’étymologie celt signifiait petit ours ! S’en suivaient les magnifiques légendes du Roi Arthur et des chevaliers de la table ronde. Nous avons accroché🙂

    Si notre bébé avait été une fille, nous aimions Simone, mais difficile de prénommer sa fille Simone quand le nom de famille est…Simoneau ! Anna-Eve aurait été dans les choix, comme Marguerite, Adèle, Agathe, Ariane. (On aime les noms en «A» il semble !). Comme nos deux mères se prénomment Nicole et que la maman de Martin est décédée, nous trouvions même cocasse d’appeler notre fille « Nicole » !

    Certaines personnes me font encore des commentaires « Ah ! Arthur ! c’est un vieux prénom !». Certains proches n’étaient pas si certains au départ, mais les amis (es) aimaient bien Arthur. Finalement, tout le monde s’y est fait et nous ne regrettons en rien d’avoir choisi ce magnifique prénom qui va parfaitement à notre petit ours de 4 mois maintenant -et ses 18 lbs-…

  4. Balou, en effet! C’est un bébé en santé, ça, pas de doutes! Wow!
    C’est encore une méthode différente de choisir le prénom, merci d’avoir pris le temps de nous raconter ton histoire, Caroline.

  5. Ping : Mon conseil aux futurs parents: le nécessaire littéraire « Toutte. Pis toutte.

  6. Ping : Omerta à propos d’une grossesse : la durée | Toutte. Pis toutte.

Vos commentaires

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s