Suit up and game on!

J-1. Demain : retour au travail. OMG. « Suit up and game on! », comme on dit.

Suit up

Après toute une journée de magasinage avec l’amie K, et avec les suggestions recueillies via sur Facebook et Twitter, la question se pose toujours : où donc les femmes se procurent-elles leurs tailleurs ?! J’ai beau vouloir « suiter up », encore faudrait-il que je puisse mettre la main sur un suit !

Ce n’est pourtant pas si compliqué, non ? Je possède dans ma garde-robe beaucoup de noir, de blanc et de couleurs vives. Je souhaite compléter le look professionnel avec deux tailleurs, un gris et un bleu marine, avec des chemises, ainsi qu’avec quelques chandails et camisoles destinés à être portés sous les vestons. On s’entend que ce n’est pas une liste particulièrement complexe ou longue, en plus de quoi je suis très ouverte aux motifs, imprimés, couleurs, etc.

Bon. J’ai commencé mon magasinage de retour au travail la semaine passée. J’ai fait L’Aubainerie, où j’ai trouvé deux jupes, un chandail à manches courtes, un veston. Puis je me suis laissée tentée par une sacoche noire (je n’en avais pas !) et un manteau (à 80 % de rabais !) — mais pas de tailleurs.

Au Marché central, nulle part on ne trouve de tailleur pour femmes. En plus c’est déjà le printemps-été 2013 dans les magasins, alors je ne vous dis pas à quel point tout est pastel ou fluo… Rien du tout chez Jacob Connexion, Reitmans, Tommy Hilfiger; quelques vestons, pantalons et jupes pêle-mêle chez Smart Set, mais pas d’habits comme tels; des restants déprimants chez Tristan et America; Calvin Klein avait un modèle en deux couleurs dont la qualité ne valait pas le prix, même en rabais. Arg ! Chez Winners, il n’y avait pas non plus vraiment d’habits, mais sur la masse de vêtements qui s’y trouve, j’ai au moins déniché quelques robes, un chemisier et un veston. Au moins.

Alors direction Place Vertu, où je suis convaincue qu’il y a un Suzie Shier. Erreur. (À regarder le site de Suzie Shier, je ne suis peut-être pas déçue de ne pas y avoir consacré de temps en magasin. Ouf, 1 modèle de tailleur et pas de pêle-mêle possible en couleurs coordonnées pour veston/bas. Y’en a marre !) En fait, il n’y a vraiment pas grand-chose d’intéressant à la Place Vertu, si ce n’est le Naturalizer. C’est vraiment triste comme offre de magasins de « allure au féminin », comme on le centre d’achats le traduit… Après un lunch graisseux bien mérité chez A&W au cours duquel j’ai lâché toute ma frustration du semi-échec de la journée et de l’absence de Suzie Shier, l’amie K. et moi décidons que la dernière tentative de la journée serait chez Sears. Oui, oui : chez Sears. Hé bien ! c’est le seul endroit visité où il y a encore des tailleurs pour femmes ! J’en ai trouvé un gris, veston et pantalons; j’aurais pris la jupe aussi, mais il n’y avait plus ma taille, ainsi que deux chemisiers et un tricot léger de « sous-veston ». Il a même fallu que je me contrôle (heu… que l’amie K. me contrôle!) pour ne pas m’acheter encore quelques robes.

keep-calm-and-just-suit-up

Pour le retour au travail, je m’estime prête côté vestimentaire. Après la virée chez Sears, j’étais en fait vraiment contente de mes achats, et j’avais l’impression d’être plus prête qu’au lever à relever les nouveaux défis qui m’attendent. Tous les achats énumérés pour moins de 450 $.

  • 3 robes
  • 3 chemisiers
  • 2 jupes
  • 2 vestons
  • 2 chandails
  • 1 tailleur pantalon/veston
  • 1 sacoche
  • 1 manteau

Pas pire , hein ? Surtout que mon budget était de 500 $, que j’ai fait quelques achats qui n’étaient pas dans la liste et qu’il ne me manque qu’un tailleur bleu marine pour être complètement satisfaite de ma garde-robe de travail.

Game on

Le retour au travail, donc. Re-OMG. Panique dans mon petit cœur de mère. De mère, oui, mais surtout je pense de femme-professionnelle-occupant-un-emploi-auquel-j’accorde-beaucoup-d’importance-et-qui-contribue-en-partie-à-mon-sentiment-de-réalisation-mais-qui-à-la-fois-ne-veut-pas-sacrifier-sa-vie-de-famille-et-sa-vie-de-couple : c’est réussir à concilier travail, famille et vie de couple qui m’angoisse. Pas une mince affaire.

J’aime travailler et j’ai très hâte de m’y remettre. Reprendre le flambeau de la cause que je défends et contribuer à quelque chose de plus grand que ma cellule familiale, redécouvrir l’excitation de la joute politique que j’aime bien malgré tout, renouer avec les collègues qui me manquent : retrouver tout un pan de ma vie mis en veilleuse avec la naissance de mon fils. C’est toutefois ainsi que j’ai aussi mis au monde tout un côté de ma personnalité que j’ignorais, qui a pris vie au cours de la dernière année, avec un nouveau mode de vie : maman, femme au foyer, blogueuse, disponible en tout temps pour moi, pour la famille et les amis, lectrice de bouquins, chef en herbe. J’adore tout ça aussi ! En retournant sur le marché du travail, je devrais dire « à la prochaine » à ma sieste quotidienne que je pratique comme un religion depuis 10 mois, mais je survivrai. Je ne crains pas de n’être plus à jour dans mon domaine ni de ne pas être à la hauteur des tâches de stratégie et de coordination qui m’attendent. J’anticipe de m’ennuyer horriblement de mon petit homme et de me demander ce qu’il peut bien être en train de faire, mais je vis déjà cela de la maison alors qu’il est à la garderie.

Justement, qui dit retour au travail après un congé de maternité dit invariablement garderie. S’il y a un mot que j’ai dit souvent dans la dernière quinzaine, c’est bien celui-là ! Malgré toute la préparation, Chéri et moi hésitions entre deux garderies privées non subventionnées pour notre petit renard (on fait avec l’offre du secteur…) et avons fait « le mauvais choix ». Pas que nous ne craignons pour la santé ou la sécurité de notre poupon, mais nous en avions pour notre argent — 40 $ par jour. Ce que la directrice nous avait promis ne correspondait pas à ce que les éducatrices avaient comme consignes ou comme politiques internes… Déception et frustration, ainsi qu’un signe du destin, nous ont poussé à changer de garderie. En effet, un soir que nous discutions de notre « mauvais feeling » quant à la garderie de bébé, le propriétaire de la seconde nous a téléphoné pour savoir si nous serions intéressés à une place disponible dans un nouveau groupe en février. Oh que ça n’était pas tombé dans l’oreille de sourds ! Ainsi donc, après 1 mois à « l’ancienne garderie », mon petit renard a commencé la « nouvelle garderie » vendredi. Après être allée signer le contrat, j’avais déjà perdu 20 livres de stress, mes épaules avaient perdu un poids énorme; après la première journée, mon « bon feeling » s’est accru. Côté garderie, je retourne donc au travail en paix, sachant que pendant ces 10 h par jour où il ne sera pas dans notre giron, mon fils sera entre bonnes mains, dans un environnement sain et hygiénique où les éducatrices attentionnées lui donneront tout l’amour qu’il mérite et où une cuisinière lui préparera des petits plats comme si c’était moi. Joie et soulagement.

N’empêche, je reviens à la conciliation travail-famille-vie. Chéri ou moi devra aller le reconduire à la garderie vers 8 h, et l’autre l’y chercher vers 17h — éviter à tout prix de laisser bébé à la garderie pendant 10 h par jour, c’est trop. Aller chercher bébé et préparer le souper, accueillir l’autre parent et souper toute la famille ensemble, prendre le bain, donner le lait, lire l’histoire, coucher Bernard pour 19 h -19h30. Ouf. Puis faire la vaisselle, faire le lavage, ranger, se parler entre adultes, planifier les soirées spéciales ou gérer les imprévus qu’il pourrait y avoir dans la semaine, anticiper la fin de semaine, etc. Re-ouf.

Réussir à trouver l’équilibre dans toutes les facettes de ce qui est maintenant vie : voilà ce qui me stresse le plus dans le retour au travail. Je suis une femme fatale, je vais y arriver. Et Chéri est extraordinaire, alors nous y arriverons, ensemble, en famille.

Ready, set ? Bring it. Suit or not, it’s game on.

2 réflexions sur “Suit up and game on!

  1. Ping : C’est tellement difficile | Toutte. Pis toutte.

  2. Ping : (continuer à) profiter de la vie et oser | Toutte. Pis toutte.

Vos commentaires

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s