Mes chats cherchent une nouvelle famille

Je fais juste écrire le titre de ce billet et j’en ai les larmes aux yeux. Je viens de raccrocher avec la SPCA et j’avais déjà ‘le motton dans la gorge’, comme on dit si joliment, pendant que je posais des questions. J’ai deux amoureux de poils, je vais les aimer d’amour toute ma vie même si je dois m’en départir. Mon fils est allergique, mon mari a les yeux qui piquent, je n’ai plus l’énergie de joueur avec eux quand je rentre à la maison. Cette rupture est difficile, ce moment est déchirant. J’ai très mal à mon petit cœur. D’ici la fin de la semaine prochaine, Ninja et Rocca se retrouveront à la SPCA — à moins qu’ils ne se retrouvent dans votre maison. Chats cherchent famille.chats_Ninja-Rocca

Rocca. 8 ans ½, griffé, orange, un pouce sur chaque patte avant, poils longs qui fait des nœuds. Je dis presque pas à la blague que son poil est de la laine, mais je le fais raser une ou deux fois par année et c’est parfait. Encore fringuant, mais quand ça lui dit seulement.

Ninja. 11 ans ½, griffé, gris et blanc, poil long. Mâle dominant. Adore se coucher dans le panier de linge sale et se rouler en boule dans les sacs qui traînent ça et là, dont les sacoches. Miaule vraiment étrangement (en fait, c’est Rocca qui lui a montré comment…). Matou qui dort littéralement toute la journée. Trop vieux pour jouer, mais en pleine santé.

Ninja est arrivé dans ma vie en octobre 2001. Je venais de déménager à Sherbrooke pour mes études universitaires, j’habitais avec mon chum de l’époque, militaire dans la réserve parti une fin de semaine sur deux. Montréalaise déracinée volontairement avec comme objectif une éducation supérieure de qualité, je n’avais pas encore vraiment d’amis. Je me suis procuré un petit minou pour me tenir compagnie. Je suis allée le choisir moi-même à la Société protectrice des animaux de l’Estrie, à Sherbrooke. Il était tout petit, les poils hérissés de longueurs différentes, une petite face adorable, des yeux coquins, sa tête lovée dans mon cou en quelques secondes. C’était l’époque des films Taxi; dans Taxi 2 l’automobile démarre quand le conducteur dit: « Ninja ! », comme mon petit chat qui courait partout, rattrapait la balle, avait de l’énergie à revendre.

Le « Niak » de mon Ninja est arrivé en 2004. C’est lui qui m’a choisie. Il a été abandonné par un locataire quittant le bloc appartement où j’ai emménagé en 2004 après ma rupture avec le militaire. Caché entre les bacs verts de poubelle pour se protéger de la pluie diluvienne d’août, il est sorti de sa cachette, a sauté sur le muret longeant la longue allée menant à l’entrée et s’est mis à me suivre. Je m’arrêtais, il m’imitait. Je l’ai pris dans mes bras, il m’a léché la joue. Il était tout petit, aussi petit que mon Ninja quand je l’ai adopté: il tenait assis dans ma main — et j’ai de très petites mains ! Je quittais le lendemain pour un voyage d’une semaine, et j’informai l’amie qui venait s’occuper de Ninja qu’elle aurait une surprise. À mon retour, les deux chats m’attendaient ensemble devant la porte. C’est à ce moment que je décidai de garder Rocca. Son nom m’était d’ailleurs venu dès que je l’ai aperçu. J’ai pensé, ‘on l’a jeté comme de la racaille‘, puis j’ai pensé à Rocca, rappeur français qui chante «Les jeunes de l’univers» que l’on exclut et que l’on pousse aux limites du système. J’aurai aussi pu l’appeler Boss Raw, dans les circonstances, mais c’est Rocca qui m’a passé par la tête. (Oui, le rap français fait partie de ma vie depuis très longtemps, et encore aujourd’hui !) C’était un signe, j’aurai dû anticiper ne pas pouvoir me séparer d’un minou déjà nommé !

Trois déménagements, deux colocataires en or, un mari chéri et un bébé parfait plus tard, je dois cependant m’arracher à mes amoureux de poils. Nous avons traversé de dures épreuves et partagé de doux moments ensemble. Vient néanmoins un temps où la famille et la santé priment. Mais ça fait mal. Vous avez vu la toute kétaine comédie romantique Marley et moi? Ninja et Rocca font partie de ma famille au même titre que le chien Marley, mais je dois les laisser aller avant que leur temps ne soit venu. Plus ou moins pénible, je l’ignore; ma douleur est entière.

Mes chats cherchent donc une nouvelle maison. Je souffre derechef d’une culpabilité angoissante à l’idée de les savoir tourner en rond dans leur cage, eux qui vont dehors même en plein hiver. Je leur cherche activement une nouvelle famille, ensemble ou séparément? Mais c’est si difficile de placer des vieux matous, les gens semblent leur préférer les bébés chats. C’est vrai que des bébés chats, c’est mignon et énergique, mais des matous c’est serein et charmant.

Je vais les porter à la SPCA jeudi, si j’ai le temps, sinon lundi prochain…

Vous en voulez un ?

chats_Ninja-Rocca_02

2 réflexions sur “Mes chats cherchent une nouvelle famille

  1. Dommage que j’ai un si petit logement. J’aurais bien adopté tes deux grosses bêtes féroces. J’ai toujours préféré les matou adultes au chatons pour l’adoption. Je ne leurs donne pas de mauvais plis ainsi.

    Je te souhaite de leurs trouvé une famille d’adoption rapidement (Je n’en doute pas avec les réseaux sociaux).

    Il dois bien y avoir d’autres pépé à chat comme moi dans tes cercle…

  2. Ping : Grâce à vous, mes chats ont une nouvelle famille | Toutte. Pis toutte.

Vos commentaires

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s