Un méchoui – première partie

Quand j’étais toute petite, ma marraine et mon parrain organisaient un énorme méchoui en août de chaque année. Deux agneaux sur braise de feu de bois, arrosés de « limonade » (dont j’ignore toujours la recette secrète): les enfants se levaient aux aurores pour y insérer un nombre infini de gousses d’ail, après quoi nous étions autorisés à retourner nous coucher pendant que les hommes ravivaient les braises du feu de la veille pour une grillade réussie, et embrochaient les bêtes. Ça cuisait toute la journée. Les enfants couraient partout dans le terrain, les adultes fêtaient, c’était le bonheur. Le souper se déroulait sous chapiteau où des dizaines de convives se délectaient de la viande locale grillée sur place et d’accompagnements fournis par un traiteur du coin qui fournissait aussi la vaisselle. Parlez-en à n’importe qui dans ma famille: de si beaux souvenirs.

Cette fête annuelle a bien entendu contribué à faire de moi l’hôtesse que je suis. Je n’avais toutefois jamais *encore* organisé de méchoui. J’en parle depuis quatre ou cinq ans. Je n’en pouvais plus: ce sera cette année! 27 adultes et 9 enfants seront attablés pour le souper, alors que 15 et 4 d’entre eux piqueront la tente pour la nuit.

Ce qu’il faut savoir : l’agneau

Nous nous sommes fait dire plein de choses sur la sélection et la cuisson de l’agneau, alors voici ce que nous avons décidé de faire.

  • Température interne de cuisson à attendre: 63 °C (source: MAPAQ)
  • Pour y parvenir (source: L’Épicerie)
    • Environ 15 minutes de cuisson par kilo
    • Dans la rôtissoire, ça prend 2 fois plus de charbon de bois que le poids de l’animal mort
  • Pour que ça soit bon, farcir l’agneau pour l’assaisonner. Nous avons choisi de nous inspirer de la recette de la famille Courbin.
  • Envelopper l’agneau dans de la cage à poule pour mieux le fixer au tourne-broche et s’assurer que, vraiment tendre, la viande ne tombe pas dans le feu
  • Une fois embroché, envelopper ensuite l’agneau dans du papier d’aluminium pour conserver tous les jus de cuisson pendant la cuisson; déballer pour griller doucement environ 30 à 45 minutes avant la fin de la cuisson
  • Laisser reposer l’agneau 15 à 30 minutes, selon le poids, avant de servir.

Notre menu

Parce que j’ai envie de vous mettre l’eau à la bouche en attendant les photos du festin, voici notre menu.

Apéro

Croustilles
Crudités et trempettes
Melon d’eau au rhum brun pour les grands (c’est comme ma limonade secrète pour les adultes…)
Melon d’eau frais pour les enfants

Souper

Agneau
Salade de quinoa (un succès garanti, même auprès des touts-petits)
Patates douces et paprika
Asperges et tomates
Houmus
Baguettes, pitas

Desserts

Carrés aux Rice Krispies
Jujubes!
Gâteau Santiago

Tard dans la soirée…

Hotdog à cuire sur le bâton
Guimauves

Nous sommes prêts à partir!

2 réflexions sur “Un méchoui – première partie

  1. Oui mais l’agneau il vient d’où? Je ne saurais trop recommander l’agneau de la Gaspésie, nourris aux algues il ne demande que très peu d’assaisonnement. C’est celui qui, au Québec, se rapproche le plus du mythique agneau islandais.

  2. Ping : Un méchoui – deuxième partie ou La famille que j’ai choisie | Toutte. Pis toutte.

Vos commentaires

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s