Défoncer les portes

Mon petit renard voue une fascination sans borne aux portes. Les ouvrir, les fermer, en tourner les poignées; vider les armoires et s’y cacher pour mieux en sortir et faire coucou, ses petits doigts dans l’entrebâillement de la porte trahissant sa présence.

couvre-poignée-de-porte

Chéri et moi avons remarqué cette semaine qu’à la garderie chaque porte est désormais protégée par un couvre-poignée. Nous spéculions à la blague que c’était à cause de notre petit renard. J’ai donc posé la question ce matin en allant le reconduire. Et bien, c’est effectivement le cas! Sa passion inépuisable pour les portes a forcé un changement à la garderie.

Pour se venger, il empile les boîtes, les bacs, les tapis de jeu devant la porte et y grimpe dans l’espoir de réussir à ouvrir la porte. Ces aventures se soldent parfois dans le rire du jeu taquin, parfois dans la frustration de l’échec. Impressionnées par l’habileté l’ingéniosité et la détermination de leur « petit ingénieur », les éducatrices me relatent les faits en riant! Et la mère, pas peu fière.

Défoncer les portes et être un facteur de changement, dès 18 mois. Pis toutte.

Le plus beau voyage

En ce jour de la Saint-Jean-Baptiste, Fête nationale du Québec, un mot sur une chanson qui m’habite, me hante, me fait vibrer. Le plus beau voyage, de Claude Gauthier. Un pan de notre identité, un morceau d’anthologie et une parcelle de notre avenir.

C’est plus fort que moi. Je ne peux m’empêcher cette tournure de phrase étrange: je suis cette chanson. Je la suis et je l’est un peu davantage avec chaque écoute.

Lire la suite