Un matin comme les autres

On dit souvent qu’avoir des enfants, c’est du sport, mais on le dit rarement littéralement. Sauf que… c’est du sport en sivouplaît! L’entraînement quotidien est complet: physique, psychologique, émotionnel et affectif. Par exemple, la run du matin, un petit matin comme les autres, dure trois heures. 1, 2, 3, go! Lire la suite

L’art de vivre

Profiter de chaque instant et vivre pleinement n’est ni un défi ni un but. C’est une manière d’être guidée par le respect, la compassion, l’empathie et la gratitude.

La nature nous l’enseigne. Les enfants nous en rappellent toute l’importance. Si chacun peut l’apprendre, tous grandiront.

📕 Tiré de La Corne de brume (p. 66) par Louis Caron.

Pour en savoir plus au sujet de cette œuvre monumentale de la littérature québécoise:
💬 Article de Adrien Thério, « La corne de brume de Louis Caron ou l’art du roman historique » dans Lettres québécoises (PDF), 1983
💬 Fiche technique de lecture recommandée au secondaire sur le site du Ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur du Québec permettant de « prendre conscience de l’histoire des peuples ».

Découvrez chaque dimanche de nouvelles lectures avec le mot-clic #LectureDominicale sur Twitter.

📷 Photo par Johannes Plenio via Unsplash

Tout un tabac

J’ai récemment célébré mon anniversaire. Cet écueil m’a fait penser à toi et à l’anniversaire de notre relation. De fil en aiguille, j’ai beaucoup réfléchi. Je t’écris cette lettre parce que c’est le meilleur moyen que j’ai trouvé pour te dire ce que j’ai à te dire. C’est très important. Tu t’assieds?

Nous sommes ensemble depuis 20 ans déjà, t’en étais-tu rendu compte? Depuis deux décennies, tu es à mes côtés pour partager mes joies et m’épauler dans les épreuves. C’est plus de la moitié de ma vie! Tu m’as accompagnée dans toutes mes plus grandes décisions et aventures: quitter ma Montréal natale pour réaliser mes études universitaires à Sherbrooke et m’installer dans mon premier appartement, voyager au bout de monde, faire le saut en politique puis prendre la décision d’en sortir, acheter ma première maison, accueillir mes deux magnifiques garçons dans ce monde, le PetitRenard puis le BébéTigre, et alouette! Tu m’as soutenue à travers les ruptures et les séparations, les décès, les blessures et les remises en question, et j’en passe. Lire la suite

Je m’assume : c’est Noël à l’année dans mon coeur

Au travail, je partage un bureau avec des collègues. Pour me faire plaisir, il choisit la musique de Noël sur Songza.  J’adore Noël. Oh oui. Fébrilité hivernale dans mon cœur et anticipation grandiose du temps des fêtes. Cher collègue, merci pour ce moment tendre.

Ça m’a rappelé la conclusion d’un échange sur Twitter, il y a quelques semaines, où je me fais accuser de croire au Père Noël. Entre les lignes, je me fais accuser de rêver en couleurs.

tweet_Pere-Noel_flou
Justement. Non seulement j’ai le droit de croire au Père Noël, mais j’y crois *encore* au Père Noël et je n’ai *jamais cessé* d’y croire. Et je vais vous dire pourquoi: parce qu’au-delà du mythique personnage, le Père Noël, le vrai de vrai, est la personnification de valeurs auxquels j’adhère et que je souhaite transmettre à mes enfants. Bon, dans mon univers de socialisation, on parle du Père Noël, mais ça pourrait très bien être un autre personnage. L’important n’est pas le personnage, comme ce n’était pas l’échange sur Twitter, mais le message et son objectif, comme le démontre la conclusion dudit échange.
  • Faire le bien, parce que rien ne se crée et rien ne se perd, ou parce que what goes around comes around. C’est assez clair dans les chansons de Noël, ça! He knows if you’ve been bad or good / So be good for goodness sake!
  • Donner généreusement et penser à ce qui fera plaisir aux autres. Noël, c’est recevoir des cadeaux, mais c’est surtout les offrir! Les enfants mettent un moment à comprendre cela, bien entendu, mais l’apprentissage de la générosité se fait par mimétisme, comme pour tout le reste…
  • Prendre le temps. Ceux qui n’aiment pas Noël vivent le temps des fêtes comme une corvée: il faut aller voir la famille, faire des cadeaux, se garrocher dans les magasins, payer une fortune pour le plus récent gadget, etc. Non! Pour moi, le temps des fêtes est un moment pour prendre le temps d’être avec ceux qu’on aime – et prendre le temps de leur dire.

Lire la suite

Mêlez-vous de vos affaires!

Mêlez-vous de vos affaires!

« Please don’t help my kids » est un article provocateur au titre choc qui fait jaser depuis près d’un an – et qui n’a pas fini de faire jaser. Son message? Avis à tous les parents qui pensent intervenir auprès de mon enfant, derechef en ma présence: « Mêlez-vous de vos affaires! »

Please don’t help my kids.

L’auteur dit « please don’t help my kids » à la suite d’une intervention non sollicitée de parents auprès de son enfant au parc. Les mots magiques: intervention non sollicité. Un conseil, une suggestion, ça passe et ils peuvent même être le bienvenus! Mais une intervention, WTF? I couldn’t agree more. Même avant d’avoir des enfants, j’aurais partagé le point de vue de l’auteur. Et vous?

« Please don’t help my kids », s’adresse aussi à ceux qui tentent de toucher mon enfant devant moi sans ma permission parce qu’il est mignon, du high-five à la main sur la tête en passant par la chatouille sur le bras; qui touchaient ma bédaine pendant la grossesse, particulièrement celles que je ne connaissais pas!; qui me disent comment je devrais élever mon enfant, ce qu’il devrait manger, quand et comment, quand il devrait faire la sieste, les jeux qu’il devrait pratiquer ou pas, etc, parce que c’est comme ça qu’on fait et que je ne fais pas bien ça. Toutes ces personnes entrent dans la même catégorie, mais les mots me manquent pour la décrire. Vous avez des idées?