4 septembre 2012 : Un jour historique pour la reconnaissance de l’égalité entre les femmes et les hommes

En cette ère nouvelle qui s’amorce dans la politique québécoise, je me permets de vous partager la conclusion d’une analyse de la presse écrite des rapports de sexe en travail social effectuée en 2010. Aux yeux de l’immense mobilisation populaire du printemps Québécois, vous me permettrez de saluer cette grande dame, Mme Pauline Marois, première ministre du Québec.

(Extrait de l’Analyse du discours actuel de la presse écrite – Pauline Marois, décembre 2010)

Conclusion

L’analyse du discours actuel de la presse écrite a permis d’étayer la manière dont les médias de la presse contribuent à consolider les rapports de force entre les sexes, les classes sociales et les cultures. L’auteur a clairement démontré la force réactionnaire qu’ils représentent à l’encontre du progrès social, de l’égalité entre les femmes et les hommes et des mouvements sociaux qui luttent contre leur oppression. Si la mobilisation populaire ne doit pas s’articuler par l’entremise des médias de masse, il importe donc de comprendre comment articuler l’action collective afin d’éviter les pièges relayés dans cette analyse. À ce titre, l’auteur juge utile de rappeler la dialectique profonde de l’universel et du particulier dans le singulier :

D’une part, l’identité se différencie dans un processus de division interne pour actualiser toutes ses potentialités et ses configurations singulières; d’autre part, la différence cherche à se dépasser dans un universel plus riche et plus concret. (Jouthe, 1993, p. 11)

Lire la suite

C’est le temps des… vacances?!

En ce splendide dimanche matin, nos premières vacances en familles sont officiellement commencées En direct de La Tuque, en route vers Péribonka, je pense à vous. Avant de quitter pour une semaine, je vous laisse sur un éditorial enflammé! Lire la suite

Les médias sociaux lors de la prochaine campagne électorale: mon point de vue

Si vous ne le saviez pas, vous le découvrez ici: avant d’être en congé de maternité, je passais le plus clair de mon temps sur Internet, puisque mon emploi à temps plus-que-plein était webmestre et animatrice de communautés virtuelles du Parti Québécois. Dans un premier temps, j’avais la responsabilité de mettre à jour le site Internet et le blogue du Parti Québécois; cette charge de travail a rapidement été doublée de la responsabilité des sites Internet des députés et des instances (mise en ligne, formations, soutien technique, etc.). Dans un second temps, j’avais la responsabilité de mettre à jour et d’animer les comptes Facebook, Twitter, YouTube et Flickr du Parti Québécois, en plus d’offrir conseil et formation aux députés, au personnel politique et aux membres des instances. J’ai également eu le plaisir et le privilège d’être co-conceptrice de L’Atelier, la communauté d’action politique du Parti Québécois. En plus, je fais de la formation en entreprise et avec des OSBL sur l’utilisation efficace des médias sociaux et surtout sur l’intégration des communications dites traditionnelles et en ligne (la communication intégrée). Bon. Ça fait que je connais bien les zinternets, la politique, et les interactions que ces deux univers peuvent entretenir.

Je suis en congé de maternité, et pas peu heureuse d’avoir réussi à décrocher. N’empêche que ce qui se passe sur Twitter, surtout, me fascine et me garde au courant de la vie politique et des potins du Web 2.0. On sort la fille de la politique, mais pas la politique de la fille… 😛 Même en congé, je reste une observatrice avide de nouvelles découvertes et une politologue curieuse. Lire la suite