Grâce à vous, mes chats ont une nouvelle famille

Grâce à mon billet de blogue, j’ai réussi à trouver une nouvelle famille à mes chats. En fait, c’est grâce à vous tous qui avez partagé mon billet dans vos réseaux: merci! Avec ce billet, j’ai d’ailleurs battu mon record de vues en une journée, record détenu jusqu’ici par le lancement de mon blogue: le 19 février, vous avez été 449 personnes à visiter mon blogue, pour 696 vues et 501 lectures de mon billet sur mes amoureux de poils. Et il y en a encore pour refuser de croire que « chats = clics »… Lire la suite

Mes chats cherchent une nouvelle famille

Je fais juste écrire le titre de ce billet et j’en ai les larmes aux yeux. Je viens de raccrocher avec la SPCA et j’avais déjà ‘le motton dans la gorge’, comme on dit si joliment, pendant que je posais des questions. J’ai deux amoureux de poils, je vais les aimer d’amour toute ma vie même si je dois m’en départir. Mon fils est allergique, mon mari a les yeux qui piquent, je n’ai plus l’énergie de joueur avec eux quand je rentre à la maison. Cette rupture est difficile, ce moment est déchirant. J’ai très mal à mon petit cœur. D’ici la fin de la semaine prochaine, Ninja et Rocca se retrouveront à la SPCA — à moins qu’ils ne se retrouvent dans votre maison. Chats cherchent famille.chats_Ninja-Rocca

Rocca. 8 ans ½, griffé, orange, un pouce sur chaque patte avant, poils longs qui fait des nœuds. Je dis presque pas à la blague que son poil est de la laine, mais je le fais raser une ou deux fois par année et c’est parfait. Encore fringuant, mais quand ça lui dit seulement.

Ninja. 11 ans ½, griffé, gris et blanc, poil long. Mâle dominant. Adore se coucher dans le panier de linge sale et se rouler en boule dans les sacs qui traînent ça et là, dont les sacoches. Miaule vraiment étrangement (en fait, c’est Rocca qui lui a montré comment…). Matou qui dort littéralement toute la journée. Trop vieux pour jouer, mais en pleine santé.

Lire la suite

La grossesse (2) : être enceinte, ce que ça fait

D’entrée de jeu, je vais être très honnête et m’afficher à contre-courant : je n’ai pas aimé être enceinte. Vous êtes aussi bien de le savoir tout de suite, vous comprendrez mieux le ton de ce billet… J’ai toujours perçu la grossesse comme un moyen, pas une fin. Petite, et plus tard en parlant de fonder une famille avec Chéri, je n’ai jamais dit que je voulais être enceinte (ou que j’avais hâte de  l’être!), mais bien que j’avais hâte d’avoir des enfants. La différence peut sembler triviale pour d’autres mais est pour moi fondamentale. Voilà pour ça. Lire la suite

La grossesse (1) : tomber enceinte

Il était une fois, il y a un an, je tombais enceinte. Il aura fallu deux ans et demi pour concevoir. J’avais arrêté de prendre la pilule à nos noces, en septembre 2009 ; je n’avais pas de cycle menstruel, ce pour quoi j’avais d’ailleurs commencé à prendre la pilule contraceptive 15 ans auparavant. Il paraît que l’absorption d’hormones pendant une si longue période dérègle derechef le système ; j’en ai eu pour près de 10 mois avant d’avoir un semblant de cycle à peu près régulier.

Malgré le « retard de productivité », nous n’avons pas paniqué. Pas officiellement du moins, puisque dans mon fond, je m’inquiétais. De deux choses l’une : j’avais jusqu’à présent été très « chanceuse », car il m’était très, très, très, souvent arrivé d’oublier de prendre des pilules et je n’étais pas tombée enceinte ou il y avait anguille sous roche (sans analogie). Deux ans plus tard, je commence donc à me dire qu’il s’agit de ceci et non de cela et… qu’il faudrait bien entamer des procédures…

Eh bien non ! Pour la petite histoire, on dit que c’est le grand air de l’Écosse et le scotch qui ont tout rétabli. En effet, c’est après une cavale de 21 jours en Écosse et des dégustations de scotch aux quatre coins du « pays », d’Édimbourg à Oban, en passant par Glasgow, St-Andrews, Wick, Durness, Ullapool, Stornaway et Barra, que je suis tombée enceinte. En réalité, je pense que c’est plutôt le fait d’avoir arrêté de penser à faire un bébé qui a aidé. Changer d’air, profiter de mon couple « pendant qu’il en est encore temps », boire jusqu’à plus soif les meilleurs scotches du monde, prendre des coups de vent en plein visage : c’était l’objectif. Objectif atteint. Lire la suite